Traduit de l’anglais (États-Unis)
par Élisabeth Peellaert
Parution 14 janvier 2016
154 x 240 mm - 992 pages - 23,90 €
isbn 978-2-259-228-19-0

31 décembre 1976.
Les rues de New York bruissent d’agitation. Des quartiers huppés jusqu’aux bas-fonds, tous se préparent pour le réveillon. Dans le Lower East Side, les premiers accords d’un concert punk résonnent. Dans la fosse, Charlie exulte. Mais, à l’autre bout de la ville, dans Central Park, des coups de feu retentissent. Une ombre s’écroule dans la neige.

Alors que rien ne les prédestinait à se rencontrer, Charlie, William, Regan et tant d’autres vont se trouver mystérieusement liés à ce drame. Leurs histoires ne vont cesser de se croiser et de s’entremêler jusqu’à cette nuit du 13 juillet 1977 où un immense blackout plonge New York dans le noir. Une longue nuit d’angoisse, de tensions, de fête et de révolte commence alors. La nuit de tous les possibles. La vie de chacun des personnages en sera bouleversée à jamais.

Auscultant l’amour, la trahison et le pardon, mais aussi l’art, la vérité et le rock, Garth Risk Hallberg nous interroge : qu’est-ce qui rend la vie digne d’être vécue ? Véritable ode à New York, City on Fire est un roman flamboyant et inoubliable. Stupéfiant.

« Un premier roman d’une folle ambition, et follement réussi. »
TÉLÉRAMA

« Un premier roman hallucinant. »
LE POINT

« Un morceau de bravoure. »
Les Inrockuptibles

« New York a trouvé un roman à sa démesure – fluide et irrésistible. »
TRANSFUGE

« Peinture d’un monde en basculement et comédie humaine post-balzacienne. Une imparable science du récit. Et une efficacité incandescente ! »
L'EXPRESS STYLES

« Un grand roman éblouissant [...] à l’ambition étonnante et à la force stupéfiante. »
THE NEW YORK TIMES

« Voyage dans l’espace, voyage dans le temps, City on Fire est un roman qui réclame l’immersion totale. […] Virtuose dans sa forme, cette littérature remplit son rôle de divertissement, tourbillonne et caracole. »
LES INROCKUPTIBLES

« Si vous aimez Donna Tartt, vous allez adorer ! »
ELLE